Aménagements scolaires pour sportifs

Quels sont les aménagements scolaires pour les sportifs de haut niveau ?

En France, nous ne sommes pas tout à fait dans la situation des États-Unis, où les sportifs obtiennent des bourses pour les universités grâce à leurs performances sur le terrain. Cependant, il existe d’autres manières d’aider et encourager la pratique sportive, dont les aménagements scolaires

Qui sont les sportifs de haut niveau ?

sports et étudesJouer une fois par semaine au basket ne permet pas à un élève de se proclamer sportif de haut niveau (même s’il est doué). Par contre, la situation est différente s’il :

  • est inscrit sur la liste des sportifs de haut-niveau arrêtée par le ministère chargé des sports ;
  • est inscrit sur la liste des partenaires d’entrainement arrêtée par le ministère chargé des sports ;
  • appartient à une structure d’entrainement labellisée par le ministère chargé des sports (Pôle France, Pôle France Jeunes, Pôle Espoir) ou à un centre de formation d’un club professionnel.

Ce positionnement inclut des entraînements réguliers, ce qui pourrait mettre en péril le parcours scolaire sans les aménagements existants.

Comment se déroulent les études d’un élève sportif de haut niveau ?

Il existe différents niveaux d’aménagement pour les étudiants sportifs.

D’une part en ce qui concerne l’organisation des journées. Le but est de permettre aux élèves de suivre leurs entraînements, donc ils ont droit à des plannings de cours adaptés, que ce soit quotidiennement ou à la semaine. Il est également possible de prévoir une annualisation du temps d’enseignement par discipline, voire un étalement du cursus scolaire. Le principe est clair : l’élève ne doit pas être pénalisé par ses entraînements. Ni par ses compétitions : les dates d’examen peuvent être déplacées le cas échéant.

L’aspect pratique est aussi étudié, parce que les centres d’entraînement ne seront pas toujours situés près du domicile de ces jeunes. Ainsi, il sera possible de demander des dérogations à la carte scolaire, et une priorité pour les places d’internat (avec une ouverture le week-end possible). De nombreux jeunes sont aussi hébergés dans les CREPS (centre de ressources, d’expertise et de performance sportives). Celui des Pays de la Loire accueille ainsi environ 80 internes sur les 900 sportifs de l’académie de Nantes).

Par ailleurs, les notes obtenues pourront être conservées pour plusieurs sessions d’examen (notamment pour le bac ou les études supérieures). Et ces élèves bénéficieront aussi d’un accompagnement personnalisé, voire d’un projet pédagogique adapté afin qu’ils réussissent dans les deux pôles, sportif et scolaire.

Quelles sont les autres pistes possibles pour les étudiants sportifs ?

Comme les journées d’un sportif sont souvent très occupées, le recours aux moyens technologiques actuels est également favorisé par le gouvernement. Via le CNED, qui permet de suivre des cours à distance, complétés par des cours particuliers mais aussi en proposant de passer des examens via des moyens de communication télévisuelle (selon les rectorats).

Les Creps, déjà cités plus haut, assurent également des cours, forcément aménagés pour favoriser la pratique sportive. Ils visent à diplômer ces jeunes afin de leur proposer également d’autres pistes liées à leur employabilité.

Il est donc tout à fait possible de mener de front des études et une carrière sportive. Cela demande néanmoins un réel investissement de l’étudiant : il est toujours plus difficile de suivre deux parcours simultanément. Le niveau de réussite au Bac des étudiants sportifs de haut niveau est ainsi légèrement inférieur à la moyenne nationale (notamment en ce qui concerne les mentions). Mais ils réussissent !